COCHON

Symbole de la saleté, de la gloutonnerie, du bas-matérialisme car il ne relève jamais la tête pour regarder le ciel.

ANTOINE L’ABBE

Fête le 17 janvier.

Ermite du Ille siècle en Egypte.

Culte

Patron des vanniers, des fossoyeurs, des porchers,

des bouchers, des charcutiers et des sonneurs.

Protecteur du bétail.

Iconographie

sous l’aspect d’un vieillard barbu, tenant le tau (avec quelquefois mon à la main, à ses pieds le cochon clariné son inséparable compagnonne Sous ses pieds les flammes du feu saint Antoine ‘(mal des Ardents). Or peut aussi ajouter le chapelet et le livre de la Règle des Antonites.

(Pour mieux connaître ce Saint et quelques autres cités dans ce catalogue il serait bon de consulter le catalogue: Saints Guérisseurs en pays de Somme 1987)

COQ

Symbole du reniement et du remords de Saint Pierre il est aussi l’image du Christ qui triomphe des ténèbres par sa Résurrection.

Emblème de la vigilance qui du haut du clocher met en fuite les démons.

Fête le 29 juin.

Pêcheur de Capharnaüm, il fut avec André le premier des Apôtres. De Simon, le Christ en fit Pierre (pierre angulaire de l’Eglise).

Au cours de la Passion il renie trois fois son maître. Crucifié à Rome en 67.

Portier du Paradis.

Patron des pêcheurs, des poissonniers, des marchands de marée, des fabricants de filets, des maçons, des forgerons, des moissonneurs, des serruriers et des horlogers.

Iconographie

Toujours accompagné de la clef (ou des clefs). Depuis le XVIIIe siècle un coq, emblème de son reniement, l’accompagne.

DRAGON

Variété de serpent. Monstre ailé redoutable à l’haleine empestée et dont la queue énorme broie tout ce qu’elle étreint.

Incarnation de Satan transperce par la lance de l’archange Saint-Michel.

Symbole de la victoire de l’apostolat triomphant des saints sur l’idolâtrie.

GEORGES

Fête le 23 avril.

Saint fabuleux. Victorieux d’un dragon. Martyrise en 303.

Culte

Patron des chevaliers, des cavaliers, des archers, des arbalétriers, des armuriers, des selliers.

Protecteur des chevaux.

Iconographie

Jeune chevalier imberbe, en armure, soit à pied, soit a cheval, terrassant le dragon.

MARGUERITE D’ANTIOCHE

Fête le 20 juillet.

Fable d’origine grecque. Marguerite triomphe par la prière des tentations d’un dragon symbolique.

Culte

Patronne des parturientes.

Iconographie

Son attribut caractéristique est le dragon, dans la gueule duquel elle peut enfoncer la hampe d’une croix, ou qu’elle tient en laisse avec sa ceinture.

MARTHE

Fête le 29 juillet.

Soeur de Marie-Madeleine et de Lazare. Après l’Ascension, elle aborde à Marseille et prêche avec sa soeur et son frère le christianisme en Provence. A Tarascon ; elle dompte, en l’aspergeant d’eau bénite et en lui passant sa ceinture autour du cou, un dragon fluvial. Elle le ramena en le tenant en laisse à Arles.

Culte

Patronne des maitresses de maison et des servantes.

Iconographie

Souvent représentée domptant ou tenant en laisse un dragon.

MICHEL

Fête le 29 septembre.

Le plus populaire de tous les archanges. C’est un guerrier, un chevalier qui combat le dragon dans les airs. Défenseur de l’Église.

Culte

Patron des escrimeurs, maîtres d’armes, ainsi que toutes les corporations se balances.

Iconographie

Représente a pied, sur terre ou dans les airs, en chevalier arme de la lance, de l’épée et du bouclier de cristal.

OURS

Autre représentation du démon surtout dans le Nord de l’Europe. Par contre les saints le domestiquent et l’utilisent comme bête de somme.

VAAST D’ARRAS

Fête le 6 février.

Apôtres des Atrébates, contemporain de Clovis et de Saint-Rémi. C’est par ce dernier qu’il fut sacré évêque d’Arras où il mourut vers 540.

Les animaux tiennent une grande place dans sa légende. Il ressuscite une oie dévorée par un loup. Il attache à son service un ours qu’il avait rencontre dans les ruines d’une église, en l’utilisant comme chien de garde.

C’est pourquoi les moines de Saint-Vaast entretenaient comme les Bernois un ours dans une grande fosse.

Iconographie

Le plus souvent représenté en Evêque avec son ours familier à ses cotes.

COLOMBE DE SENS

Fête le 31 décembre.

OURSE

Vierge martyre décapitée a Sens en 273 sous Aurelien.

Sur le point d’être violée par un jeune débauche elle est défendue par une ourse.

Iconographie

Très souvent accompagnée par une ourse enchaînée.

SERPENTS

Image du démon, pouvant aussi, mais assez rarement, symboliser le Christ, le serpent est l’attribut de la Prudence.

C’est sous cette forme que le démon séduit Eve, c’est sous cette forme que Marie, nouvelle Eve, lui écrase la tête.

La tradition populaire dit que le jour de la fête de l’Assomption tous les serpents se cachent dans leurs trous.

De nombreuses statues de la Vierge rappellent sa victoire sur le péché originel. Avec ou sans l’Enfant, ses pieds écrasent la tête du tentateur.

IL FAUDRAIT AJOUTER :

l’alouette de Colette de Corbie, l’araignée de Norbert de Prémontre, l’aspic et le basilic du Beau-Dieu de la cathédrale, le belier du sacrifice d’Abraham, le chameau des Rois Mages.

La chauve-souris qui représente aussi le démon, la chouette qui représente les Juifs, semblables aux oiseaux de nuit, aveugles par la lumière, la colombe du Saint-Esprit (Annonciation, baptême du Christ, baptême de Clovis, etc…)

Le corbeau de Benoît de Nursie, le crabe de François-Xavier, le crapaud de Judas, les grenouilles d’Ulphe, vierge ermite picarde, le loup de François d’Assise, la mule d’Antoine de Padoue, le pélican, symbole de la Charité, le taureau de Blandine de Lyon, la vipère de Paul de Tarse,